Frédéric Bazille

l'Ambulance improvisée

1865

Oser l'improvisation

athlètes qui s'entraînent au lancer du disque dans la

même clairière envoient maladroitement leur projectile

                     en direction du groupe. Le disque tombe et

                     roule à toute allure vers le pique-nique. 

                     Monet, pour protéger ses amis - ou sauver 

                     sa composition - s'interpose et écope d'une 

                     blessure profonde au mollet. Bazille réagit

                     en apprenti-médecin: il fait un garrot, rac-

                     compagne son ami à son auberge voisine,

                     l'installe sur le lit en surélevant la jambe

                     blessée avec des couvertures, et fabrique

                     même un goutte-à-goutte de fortune en

                     suspendant au dessus de la plaie un pot en terre rempli de permanganate et percé d'un trou. Puis, pour tenir compagnie à son camarade, il prend le matériel de ce dernier et le peint, souffrant et alité. L'infortune de Monet s'est révélée pour Bazille une excellente - bien qu'impromptue - source d'inspiration.

En 1865, Frédéric Bazille et Claude Monet sont encore deux jeunes peintres de 24 et 25 ans, loin d'imaginer qu'ils vont bientôt donner naissance à l'un 

des mouvements les plus innovants de l'his-

toire de l'art: l'Impressionnisme. Les deux

amis se sont rencontrés à Paris trois ans plus

tôt: Monet arrivait du Havre pour parfaire sa

formation de peintre, et Bazille de Montpellier

pour suivre des études de médecine selon

le souhait de ses parentssormais, ils ex-

plorent ensemble les possibilités offertes par

la peinture de plein air. 

Cet été-là, alors que Monet projette de peindre une scène de déjeuner champêtre dans la forêt de Fontai-nebleau, il demande à Bazille de le rejoindre pour poser parmi le groupe d'amis réunis pour l'occasion. Pendant l'une des séances de travail, un accident survient: des

Claude Monet,

le Déjeuner sur l'herbe, 1865

Ce qu'on peut en retenir:

Concrétiser une idée se prépare. Mais à vouloir tout prévoir et organiser avant de nous lancer, nous risquons de nous fermer à certaines opportunités. Savoir improviser en faisant preuve de spontanéité - et d'audace - est un talent précieux pour saisir les occasions qui se présentent sans avoir été anticipées, et qui n'en sont pas moins potentiellement intéressantes .