Pierre Soulages

Peinture 277 x 306 cm, 2 Mars 2009

2009

Savoir lâcher prise

Dès les années 1940, Pierre Soulages fait du noir sa couleur de prédilection. Pendant des décennies, il réalise des œuvres abstraites, parfois proches

de la calligraphie, dont la force repose sur un

contraste subtil entre le noir de la peinture et le

blanc de la toile ou du papier.

 

Une nuit de janvier 1979, alors qu’il travaille sur

une toile de grand format étendue sur le sol de

son atelier, il éprouve un profond sentiment

d’échec. Depuis plusieurs heures il s’acharne

sur l’œuvre, ajoute du noir, en retire, en remet…

sans atteindre l’équilibre recherché. Le noir a envahi la

toile. Las et épuisé, il jette l’éponge et va se reposer. A son retour dans l’atelier, alors que ses yeux se posent

                 sur la surface recouverte de peinture, une

                 évidence s’impose à lui: le noir génère sa

                 propre lumière. Ou plutôt il réfléchit la lumière

                 ambiante, et l’effet varie en fonction de la

                 manière dont la peinture a été appliquée, de

                 sa consistance et de sa brillance. Dès lors, il

                 peindra en recouvrant intégralement ses toiles

                 de noir pour travailler la matière comme un

                 sculpteur, en la striant, la lissant, la modelant.

                 Il réalise ainsi des bas-reliefs monochromes offrant une expérience sensorielle unique.

 

Brou de noix sur papier, 1973

Ce qu'on peut en retenir:

Lorsqu’un problème nous parait quasi insoluble, nous nous enlisons souvent dans un acharnement contreproductif. Nous pourrions pourtant choisir de lâcher prise et de remettre à plus tard notre réflexion: le regard que nous poserons alors sur la situation sera différent… et sans doute plus fertile.