Georgia O'Keeffe

Light of Iris

1924

Adopter une focale inhabituelle

Fille de fermiers du Wisconsin, la peintre Georgia O’Keeffe s’est imposée comme l’une des figures majeures de l’art américain du XXème siècle. Formée dans des institutions prestigieuses de Chicago et de New York, elle a finalement développé son style propre entre abstraction et figuration, faisant des lignes, des courbes et des couleurs de puissants vecteurs d’émotion.

 

C’est dans les années 1920 qu’elle a commencé à travailler sur le thème qui allait faire passer son nom à

la postérité : les fleurs. Mais les images qu’elle en a livrées sont aux antipodes des compositions florales des natures mortes traditionnelles. Influencée par ses amis photographes – dont son mari Alfred Stieglitz –, elle a en effet opté pour une vision en très gros plan, souvent peinte sur des toiles de grand format. En faisant ainsi oublier la fleur en tant qu’objet – composé de tige, pétales et pistil –, elle a mis en valeur des couleurs délicates et des formes sensuelles, à la fois charnelles et évanescentes, qui semblent détachées de toute réalité.

Ce qu'on peut en retenir:

Notre vision du monde est conditionnée par la focale avec laquelle nous l’observons. Une situation sera vécue différemment selon que nous en ayons une vue d’ensemble (plan large) ou rapprochée (plan serré). Changer de focale – zoomer ou dézoomer – permet souvent de révéler l’insoupçonné.