René Magritte

l'Empire des Lumières

1953-54

Penser "et" plutôt que "ou"

René Magritte, dans les années 1950, est un artiste à la notoriété grandissante. Depuis sa participation au mouvement surréaliste trente ans plus tôt, il réalise des œuvres parfois drôles, souvent mystérieuses, accomplissant la prouesse de marier humour et philosophie, inspiration poétique et rigueur intellec-tuelle, technique académique et idées d’avant-garde.

 

La série de tableaux intitulés l’Empire des Lumières, qui reprend sur plusieurs toiles une composition similaire, illustre le talent de cet homme de paradoxes. Des façades et des arbres, plongés dans une épaisse

pénombre que seule transperce la lumière d’un réverbère, se découpent sur un ciel ensoleillé parsemé de nuages blancs. Fait-il jour? Fait-il nuit? Les deux, en réalité. La scène est impossible et pourtant l’illusion est parfaite: notre raison est mise en échec. Le secret de ce tour de magie, c’est le temps. Magritte joue avec notre perception en superposant deux temporalités différentes dans la même scène, associant des propositions – jour et nuit – qui, en principe, devraient s’exclure mutuellement. Il suggère ainsi qu’il est parfois possible de concilier des concepts apparemment antinomiques.

Ce qu'on peut en retenir:

Notre compréhension du monde passant par un processus de catégorisation des idées, nous avons souvent tendance à réfléchir en termes d’opposition. Remplacer cette logique d’alternatives (ceci ou cela) par une recherche de conciliation (ceci et cela) permet d’imaginer des solutions originales.