top of page
Rechercher
  • Grégoire Jeanmonod

Ce qu'on te reproche...


Venise, 1564.


La Cité des Doges est le théâtre d'une rivalité manifeste entre deux peintres : le délicat Veronese et l'intrépide Tintoret.


Ce dernier est un artiste aussi respecté que critiqué : son talent est reconnu mais sa technique laisse perplexe.


Au lieu de réaliser, comme il se doit, des dessins préparatoires en amont de chaque œuvre, Le Tintoret peint directement sur la toile. Les motifs naissent sous ses coups de pinceaux nerveux, apposés avec autant d'énergie que de vigueur. Ce n'est pas pour rien qu'on l'appelle "Il Furioso".


Et évidemment, sa méthode hérisse le poil de beaucoup : le talent n'est pas un passe-droit pour bafouer la tradition !


Cette année-là, la Scuola di San Rocco lance un concours. Elle a besoin d'une toile pour décorer son plafond, et elle invite les artistes volontaires à lui faire des propositions. Un appel d'offres façon Cinquecento.


Cinq artistes se manifestent parmi lesquels, évidemment, Veronese et Le Tintoret. Ils se mettent immédiatement au travail.


Le jour de la délibération, les candidats sont convoqués à la Scuola pour défendre leur projet, munis d'une esquisse en bonne et due forme.


Mais quand vient le tour du Tintoret... aucun ébauche à présenter. Pas un dessin, même pas un croquis.


Au lieu de ça, le peintre invite le jury à lever les yeux vers le plafond: sa toile est déjà en place au centre du caisson doré.


Le Tintoret a joué en trois coups:

- 1) il s'est renseigné sur les mesures de l'œuvre à réaliser,

- 2) il a peint la toile en un temps record,

- 3) il l'a faite installer à l'insu de tout le monde.


Une fois passée la stupeur, on l'interroge: pourquoi avoir exécuté une œuvre achevée alors qu'on n'attendait qu'une esquisse ? Réponse: "Parce que je ne sais pas faire autrement."


Un "tiens" valant toujours mieux que deux "tu l'auras", Le Tintoret est déclaré vainqueur. Echec et mat.


Où est la morale dans tout ça?... Il n'y en a pas. Mais il y a une leçon.


Au delà du subterfuge, ce qui a permis au Tintoret de l'emporter, c'est d'avoir su tirer parti d'une méthode que beaucoup lui reprochaient.


Parce que cette technique contestée lui conférait un atout de taille: sa rapidité. Alors que ses concurrents peaufinaient leurs esquisses, lui brossait sa toile définitive.


Nous sommes tous encouragés, dans nos métiers respectifs, à respecter une certaine orthodoxie, théoriquement garante de la qualité de notre travail.


Mais parfois, notre nature ou notre expérience nous incite à nous en éloigner. Céder à cette tentation, c'est s'exposer aux reproches.


Pourtant si nous essayons d'identifier les avantages cachés qu'offrent les méthodes "inorthodoxes" au lieu de nous focaliser sur les risques qu'elles impliquent, nous comprendrons qu'elles sont - parfois - vectrices d'efficacité et de différenciation.


"Ce qu'on te reproche, cultive-le, c'est toi." écrivait Cocteau. Le Tintoret n'aurait pas dit mieux.

コメント


bottom of page