Vincent Van Gogh

l'Arlésienne

1889

Travailler avec... et malgré l'autre

Son ami Paul Gauguin vient de le rejoindre à Arles, et ensemble ils demandent à Marie Ginoux, tenancière du Café de la Gare, de poser pour eux. L’intéressée

                         accepte et les retrouve vêtue de son

                         costume traditionnel. Mais des deux

                         artistes c’est le charismatique Gauguin qui

                         a ses faveurs: elle s’installe face à lui et le

                         regarde dans les yeux pendant qu’il des-

                        sine son portrait au fusain. Van Gogh,

                        déporté sur le côté de la scène, doit se

                        contenter d’une vue oblique sur l'Arlé-

                        sienne: en une heure il brosse donc ce

                        portrait touchant, qui doit paradoxalement

                        son charme et son originalité à la gêne

                        occasionnée par la présence de Gauguin

Cette Arlésienne de 1889 occupe une place particulière parmi les portraits de Vincent Van Gogh. Alors que jusque là l’artiste a toujours peint ses modèles fronta-lement, avec un contact visuel direct qui

conférait à leur regard une intensité saisis-

sante, il représente ici une femme presque

de profil, les yeux dans le vague, comme

surprise en pleine rêverie. L’intensité du

face-à-face laisse ainsi la place, comme

jamais auparavant chez Van Gogh, au char-

me du mystère et de la mélancolie.

Si le peintre rompt ici aussi fermement avec

ses habitudes de portraitiste, ce n’est abso-

lument pas par choix, mais par contrainte.

Paul Gauguin

l'Arlésienne, 1889

Ce qu'on peut en retenir:

Travailler en équipe implique de renoncer à un confort personnel pour s’accommoder de la présence des autres, de leurs habitudes et exigences. Cette contrainte, parfois mal vécue, est pourtant fertile car elle nous oblige à débrancher notre pilote automatique pour envisager de nouvelles manières de travailler. « L’enfer c’est les autres » disait Sartre, mais cela a parfois du bon…