top of page
Rechercher
  • Grégoire Jeanmonod

Etes-vous plutôt peintre ou photographe ?


Etes-vous plutôt peintre ou photographe ?


Le photographe Saul Leiter a écrit: "Le peintre crée; le photographe trouve." Et il savait de quoi il parlait, puisqu'il était à la fois l'un et l'autre. Mais qu'est-ce que ça signifie exactement ?


Le peintre part d'une toile blanche. Il y dispose des formes, des couleurs, choisit d'y représenter ce qu'il veut, entre figuration et abstraction. Il jouit d'une liberté totale quand à la manière d'agencer ces éléments. Tout ce qui est visible sur la toile résulte de la combinaison de son imagination et de son savoir-faire. En un mot : il crée.


Le photographe, lui, doit faire avec ce qu'il a devant les yeux. Tout ce qu'il peut faire, c'est capturer une partie de la réalité visible. Son talent, c'est de poser un regard suffisamment inspiré sur le monde pour trouver le détail, l'angle, la valeur de plan, la perspective, le moment opportun... qui feront de son cliché une oeuvre. Il ne crée rien: il trouve une image parmi le tumulte du monde.


La question est donc : êtes-vous plutôt peintre ou photographe?

Créateur ou trouveur?

Avez-vous pour vocation d'inventer ce qui n'existe pas? ( 🖌 )

Ou de révéler la valeur de ce que vous êtes seul à voir? ( 📷 )


Mon intuition, c'est que nous sommes tous peintres ET photographes.


Un peu comme Robert Doisneau.


Certes, dans les faits, il n'était pas peintre. Mais il était créateur autant que trouveur.


Prenez son célébrissime Baiser de l'Hôtel de Ville.


Il a raconté qu'il avait vu ce jeune couple s'embrasser à la terrasse d'un café. Il leur a alors demandé de le refaire en marchant sur le trottoir. Il est même probable qu'il leur ait demandé de réitérer leur étreinte plusieurs fois.


- Trouveur comme un photographe : il a repéré ce couple en terrasse, près de l'Hôtel de Ville, et vu dans leur amour et leur jeunesse les ingrédients d'une image au romantisme échevelé.


- Créateur comme un peintre : il a réalisé sa mise en scène, en choisissant son décor, ses personnages, et en indiquant à ses deux acteurs quoi faire et où se tenir.


La voilà, peut-être, la voie la plus sage: ni grand démiurge, ni simple témoin. Explorer le réel, trouver ce qu'il y a de beau en lui, ce qu'il y a de perfectible aussi, trouver le merveilleux, le révoltant... et s'efforcer de créer à partir de tout ça en mobilisant nos talents, nos convictions, nos aspirations et nos indignations.


Voilà ce que m'inspirent cette photo de Doisneau et la phrase de Leiter : quel que soit notre job, sachons voir comme le photographe et composer comme le peintre.

コメント


bottom of page