top of page
Rechercher
  • Grégoire Jeanmonod

Être attentif : tout un art...


L'écoute, on le sait, est un prérequis à toute relation. Qu'il s'agisse d'identifier le besoin d'un client ou celui d'un collègue, la première chose à faire est d'écouter pour comprendre.


Un peu comme un médecin qui ausculterait un patient pour établir un diagnostique.


Si j'emploie cette métaphore, c'est pour introduire l'œuvre sur vous avez sous les yeux.


L'auteur, c'est l'Anglais Luke Fildes.


Dans ce tableau, daté de 1891, il a peint un médecin au chevet d'un enfant. 


Quelques années plus tôt, il a lui-même perdu un fils, emporté par la tuberculose. Et si ce dernier n'a pas été sauvé, Fildes n'en a pas moins pris acte du dévouement du médecin. C'est cet engagement qu'il a voulu saluer avec ce tableau.


Mais au-delà de la notion de soin, l'œuvre nous invite à réfléchir à la nature même de l'attention. Elle nous rappelle trois règles :


- 1) Ecouter, c'est faire silence

Il pourrait sembler étrange de choisir, pour parler d'écoute, une scène où personne ne parle. Mais ce n'est pas parce que personne ne parle qu'il n'y a rien à entendre. Ici, le médecin choisit de ne rien dire parce qu'il sait qu'on ne peut pas en même temps parler et écouter. Le plus important pour lui, c'est de tendre l'oreille pour distinguer, peut-être, un sifflement à peine audible dans le souffle de l'enfant.


- 2) Ecouter, c'est s'impliquer

Le visage du médecin, l'intensité de son regard, la position de son corps: tout indique une tension.... et une intention. Même si la scène est statique, elle est empreinte d'une énergie folle qui émane du médecin: celle de la concentration. Fildes a même pris soin de pencher l'abat-jour de la lampe à la manière d'un projecteur, pour figurer l'attention du soignant entièrement dirigée vers le malade.


- 3) Ecouter, c'est protéger

Pas protéger au sens littéral, mais soustraire la relation à toute interférence. Si Fildes a peint une scène nocturne, c'est pour créer un clair-obscur qui isole visuellement le tandem médecin-malade (dans la lumière) de l'environnement (dans l'ombre). Même les parents, au fond, sont exclus de la relation. Parce que leur anxiété - bien légitime - nuirait à la qualité de l'attention du médecin. C'est dans l'intimité de cette bulle, qui isole deux personnes de l'extérieur, que l'écoute est exclusive... et donc optimale.


Faire silence, s'impliquer, protéger l'échange.


Souvenons-nous de Luke Fildes à chaque conversation importante. Même si, heureusement, la vie d'un enfant n'en dépend pas.

Comentarios


bottom of page