Charles-François Daubigny

Gloton

1857

Changer de point de vue

Comme ses camarades de l’Ecole dite de Barbizon – du nom du village proche de Fontainebleau où la colonie de peintres avait élu domicile au milieu du XIXème siècle – Charles-François Daubigny explorait inlassablement les possibilités offertes par la peinture de plein air, notamment en termes de jeux de lumière.

 

Parmi les thèmes qui lui étaient chers: les paysages fluviaux, qui évoquaient l’ambiance et la végétation particulières des abords des cours d’eau entre la Seine et l’Oise. Mais alors que les artistes, depuis toujours,

observaient les rivières naturellement depuis leur rive, Daubigny a cherché un point de vue original. Pour décrire le fleuve et ses environs, il a souhaité poser son chevalet non plus sur la terre ferme, mais au cœur même de son sujet: sur l’eau. Il a donc acheté une barque qu’il a transformée en atelier flottant. C’est sur cette embarcation baptisée « le Bottin » qu’il a peint ses plus beaux paysages, dont le point de fuite se confond avec celui de la rivière et qui nous plongent littéralement, nous autres spectateurs, dans une atmosphère fluviale authentique et apaisante.

 

Ce qu'on peut en retenir:

Il est souvent possible, en faisant preuve d’astuce et d'imagination, de porter un regard original sur une situation pourtant parfaitement familière. En trouvant un nouveau point de vue duquel observer l’ordinaire, on arrive parfois à réenchanter le quotidien et à entrevoir de nouvelles opportunités.